#DesigningDLP – Sous l’océan

Bien que les visiteurs de Disneyland Paris n’aient pu expérimenter que très peu de nouvelles attractions depuis 1992, l’histoire de la destination est très riche en projets abonnés. Que ce soit des hôtels, des attractions ou même des parcs entiers, nous vous faisons découvrir ces projets avec  #DesigningDLP ! Préparez-vous à sortir vos mouchoirs car cette série promet d’être riche en émotions et en … frustrations..!

La Petite Sirène attendue à Fantasyland

Disneyland Paris Fun Map - 1992
Disneyland Paris Fun Map - 1992
De tous les projets abandonnés de Disneyland Paris, celui d’une attraction Petite Sirène est sans doute l’un des plus connus et regrettés. Présent sur la fun map officielle de 1992 avec la mention « Attraction Future », ce parcours scénique ambitieux devait faire partie des nouveautés post-ouverture.

Bien entendu vous connaissez l’histoire, le succès du parc n’a pas été au rendez-vous et la plupart des projets ont été mis de côté. Mais ne nous apitoyons pas sur notre sort et partons à la découverte de cette attraction mythique !

Prévu pour 1994, ce dark ride a été développé conjointement avec Disneyland en Californie (afin de réduire les coûts) et sous la direction du célèbre Tony Baxter.
L’attraction devait alors se situer à Fantasyland en face de la Pizzeria Bella Notte, derrière Videopolis. Mais ce n’est pas tout, car il était même prévu deux flat-rides devant It’s a Small World : un carrousel ainsi qu’une attraction sur le thème d’Ursula puis finalement une seule attraction de type Dumbo.
Flat Ride - Petite Sirène

L'extérieure de l'attraction et son ride system

Mais, revenons à l’attraction principale ! Extérieurement, le projet devait reprendre la façade du château du Prince Eric, tel qu’il est représenté dans les films. Nous aurions aussi pu retrouver d’énormes rochers qui auraient permis eux aussi de cacher un bâtiment (showbuilding) assez imposant, de deux étages.
Maquette de l’extérieure de l'attraction
Après avoir sillonné la file d’attente dans les couloirs du château, il est maintenant temps d’embarquer dans l’attraction. Concernant la technologie utilisée, il aurait dû s’agir d’un système de transport suspendu similaire à celui utilisé dans Peter Pan’s Flight. Bien entendu, ici, les bateaux auraient été remplacés par des coquillages géants.

Ce système n’offre malheureusement pas un débit très important et c’est pour une de ces raisons que l’attraction n’a jamais été construite (le parc ayant besoin d’augmenter sa capacité à cette époque). Il est à noter que les versions de l’attraction qui ont finalement été construites (en 2011 à Disney’s California Adventure et en 2012 à Magic Kingdom) utilisent des véhicules de type omnimover (comme Phantom Manor) offrant un débit bien supérieur.
Concept Art de l'Embarquement - 1
Concept Art de l'Embarquement - 2
Maquette du véhicule
Concept art du véhicule

L'expérience

L’histoire racontée dans l’attraction devait reprendre quelques aspects et scènes du film sans pour autant être une version accélérée du dessin-animé. Cela était un souhait des Imagineers : ne pas être contraint de tout montrer en 4 min mais plutôt proposer une aventure inédite aux visiteurs.
Concept art de l'attraction -1
Concept art de l'attraction -2
Si le parcours ne suivait pas le film, il en reprenait bien évidemment ses chansons iconiques ! « Sous l’océan » aurait même dû être l’entrée en matière !
Concept art de l'attraction - 3
Concept art de l'attraction - 4
Le dark ride devait tirer parti de sa construction sur deux étages. En effet, le rez-de-chaussée devait servir aux scènes se déroulant « sous l’océan » et le 1er étage pour celles ayant lieu à la surface.

Les véhicules devaient pouvoir plonger dans l’eau de la manière la plus réaliste possible. Pour cela, les Imagineers ont travaillé sur une technique de projection sur des panneaux en verre mais aussi avec de la fibre optique. L’idée était de donner une impression de surface/démarcation entre les deux mondes. Et devinez quoi ? Ils avaient réussi !
Concept art de l'attraction - 5
Maquette de l'attraction montrant la démarcation océan/surface
Maquette illuminée montrant la démarcation océan/surface
Aucune histoire n’est réussie sans un vrai méchant ! Ursula serait revenue pour effrayer les pauvres âmes en perdition. Elle aurait fait bien plus que ça, car au fil des scènes elle devait grandir et nous ramener peu à peu vers la surface…

Lors de notre confrontation finale, nous aurions été face à un audio-animatronique gigantesque, donnant lieu à une scène aussi impressionnante qu’effrayante (on vous laisse juger !).
Concept art de l'attraction - 6
Maquette d'Ursula
Concept art de l'attraction - 7
Après s’être défaits d’Ursula, il est maintenant temps de rejoindre Ariel et Eric au son de « Embrasse-la » puis de débarquer de notre coquillage.

Il y a fort à parier que l’attraction aurait été un hit pour les enfants comme les parents et, aurait été l’un des meilleurs dark ride de Fantasyland et du parc. Malheureusement, La Petite Sirène s’ajoute à la longue liste des films des années 90′ non représentés dans le parc parisien.
Concept art de l'attraction - 8
Concept art de l'attraction - 9

Une visite virtuelle et un documentaire exclusif

Bien que l’attraction n’ait jamais pu être construite, il vous est possible de vivre l’expérience de chez vous ! En effet, à l’occasion d’une édition DVD spéciale de 2006, il vous est possible de monter à bord ! Alors qu’attendez-vous ?

En exclusivité vivez cette aventure virtuelle et un documentaire rare sur notre chaîne YouTube.

SHARE THIS ARTICLE

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on pinterest
Share on print
Share on email
Disney parks lover and passionate about Imagineering, Théo is proudly one of DLPReport's co-founder. Today, he focuses on the Facebook page as well as in the creation of videos of all kinds! Indiana Jones Adventure is his all time favorite attraction !
Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments